Taxe professionnelle : quelles mesures pour sauver les PME ?

Publié le 8 juin 2010

La fondation Concorde présidée par Michel Rousseau vient de publier une étude décapante pour relancer l’ l’ locale ainsi que les PME.

Surfant sur les réformes en cours des collectivités locales et des chambres de commerce, les universitaires, élus et entrepreneurs qui ont participé à ce travail proposent de mettre en place des méthodes nouvelles pour «préserver l’industrie». Ils plaident pour «un traitement spécial de dix ans pour sauver nos PMI». Ils défendent une de 50% des charges sur les , une réduction de la qui remplacera la taxe professionnelle pour la «ramener à moins de 70% de l’ancienne taxe professionnelle», un de l’impôt sur les entreprises industrielles exportatrices ramené à 15% pour être en dessous de la moyenne européenne et une réduction de l ‘impôt sur les dividendes pour les entreprises patrimoniales de moins de 500 salariés.

«Ces mesures exceptionnelles, à prendre rapidement, soulageraient non seulement les petites industries mais aussi toute la chaîne des activités qui sans elles ne survivront pas dans nos territoires», affirment les experts de la fondation Concorde.

Ardents défenseurs des valeurs de la proximité, ils recommandent d’enrichir le dialogue entre les entrepreneurs et les principaux acteurs de la vie économique en créant une conférence économique régionale des territoires complétée par un institut de gestion économique. Ce dernier fixera des objectifs précis. Par exemple, la réduction du taux de chômage sur cinq ou dix ans.

Alors que les initiatives se multiplient pour rapprocher les étudiants, les enseignants et les entrepreneurs, la fondation Concorde veut renforcer de manière très concrète les coopérations entre ces mondes. «Nous proposons que chaque établissement de l’, grandes écoles, universités, laboratoires de recherche, qui a vocation à former des étudiants dans le domaine de l’économie, de la production et de la gestion des entreprises, justifie d’un ou de plusieurs partenariats avec des économies locales», écrivent les auteurs. Ce permettrait à de jeunes diplômés de découvrir «les opportunités de reprise d’entreprise et de développement de projets dormants». Mais ce plaidoyer en faveur de l’industrie ne pourra être mis en œuvre qu’à une condition : que les entrepreneurs lui accordent leur confiance.

source: le Figaro

Tags:, , , , , , , , , , , , , , ,
Actualité localecollectivités localestaxe professionnelleTaxes locales

Donnez votre avis !