Impôts locaux, taxe d'habitation, taxe foncière, fiscalité locale, centres des impôts

Levallois

Pourquoi les impôts locaux augmentent à Roquebrune sur Argens ?

Les impôts locaux vont encore augmenter à Roquebrune sur Argens ( Var) en 2013: la taxe foncière va augmenter de 11,76 % pour la part communale et la taxe d’enlèvement des ordures ménagères va augmenter de 14,56%, alors que la hausse moyenne nationale se situe autour de 8%.

Hausse des impôts locaux à Roquebrune sur Argens en 2013Comment expliquer une telle hausse des impôts locaux à Roquebrune sur Argens ?

La dette de Roquebrune sur Argens s’élève à 3 159 euros par habitant.

Roquebrune est ainsi la 4ème ville la plus endettée de France, derrière Levallois Perret ( 11 318 euros par habitant), Cannes ( 4 216 euros par habitant), et Bussy Saint Georges ( 3 505 euros par habitant).

La commune de Roquebrune sur Argens compte 316,5 salariés,  15 temps partiels, et 101 véhicules de service dont un véhicule de fonction.

Dépenses de Roquebrune sur Argens

Pourquoi votre ville émet des obligations

Les collectivités locales subissent elles aussi la crise du crédit. Prises en tenaille entre une dette qui s’alourdit et un financement bancaire plus cher, elles veulent émettre leurs propres emprunts.

argent-billets-euro-euros-impot-impots-locauxLa définition du budget d’une ville donne souvent lieu à une séance de conseil municipal épique. Les finances publiques locales doivent jongler entre des dépenses toujours plus lourdes et des recettes, surtout fiscales, peu modulables et en baisse. Un effet de ciseaux accentué par la crise de l’automne dernier, qui pourrait remettre au goût du jour le financement par obligations.

Les finances publiques locales sous pression
La crise est venue compliquer le jeu. Les ressources fiscales sont en berne. Les villes ont ainsi vu l’enveloppe des droits de mutation, reversés par les

Patrick Balkany explose les frais de réception de Levallois-Perret

Assis au premier rang des invités de Nicolas Sarkozy, au CNIT de la Défense, mardi 30 juin, Patrick Balkany a vécu, la veille, un conseil municipal houleux. Le maire (UMP) de Levallois-Perret, ami personnel du chef de l’Etat, a dû s’expliquer sur les graves « anomalies » constatées par un rapport récent de la chambre régionale des comptes (CRC) d’Ile-de-France, sur sa gestion de la ville.

patrick-balkany-isabelle-levallois-perret-sarkozy-scandale-frais-receptionLes juges de la CRC soupçonnent un usage privé des deniers communaux par les élus et les agents municipaux : « Avantages en nature non justifiés ou non déclarés », utilisation « sans justificatif » du parc automobile de la ville, voyages d’études « sans rapport avec l’activité communale »… Entre 2000 et 2005, les frais de réception de Levallois sont passés de 239 951 euros à 1 million d’euros sans contrôle « rigoureux » des services de la ville.

La CRC épingle aussi les « dysfonctionnements » de la société d’économie mixte de la ville, la Semarelp, chargée des opérations immobilières.

Première adjointe à Levallois, Isabelle Balkany minimise, dans sa réponse aux juges, les attaques sur le train de vie des élus et des agents de la ville. Quant à la Semarelp, fait-elle valoir, elle a permis le « dynamisme » de