Lille championne des impôts locaux

Publié le 2 juin 2010

, est réputée pour être une ville chère , avec raison . La d’ habitation y est bien supérieure à la moyenne nationale .

lille impots locaux taux taxes« Nous sommes dans la moyenne des », plaide Pierre de Saintignon. « Écrivez que Lille n’est pas une ville chère, et vous verrez le courrier des lecteurs », ironise Christian Decocq, le chef de l’opposition. Qui dit vrai ?

d’

La ville  doit à ses taux d’ imposition sa réputation d’ assommoir fiscal. Surtout la taxe d’habitation (TH) : 33,55 % votés au 2010. Stable depuis des années. « Normal, ils savent qu’ils sont à un plafond, ils n’ont plus de marge, morigène Christian Decocq. Avec ce taux, Lille se classe dans les grandes villes les plus taxées de France. » Haro sur le taux de Taxe d’ habitation ! La comparaison est cinglante : 20,19 % à Lyon, 24,85 % à Marseille, 21,96 % à , 24,06 % à . Ou, pour prendre des villes de taille comparable, 20,43 % à ou 22,64 % à … « Faire dire les choses en taux, c’est leur faire dire n’importe quoi, rétorque Pierre de Saintignon. C’est pour ça que j’exprime toujours les chiffres en euros par habitant. » Ce taux est la conséquence de bases en berne, plaide-t-il (lire ci-dessous). Qui a beau jeu de renvoyer vers Lambersart, où le ministre Daubresse applique un taux de Taxe d’ Habitation de 41 %.

Dans le , des villes comme la PS Tourcoing (34,67 %) ou l’UMP Valenciennes (34,49 %), pratiquent d’ailleurs des taux supérieurs.

Bases d’ imposition

Un handicap notoire de Lille. Les bases se rapportent, pour faire simple, à la valeur des logements. Une valeur sous-évaluée, anachronique. « Les sont historiquement faiblissimes à Lille, explique Pierre de Saintignon.

C’est l’expression de ce qu’était Lille, pauvre, peu chauffée, sans eau courante… Cela n’a plus rien à voir avec ce qu’est la ville. » Prenez votre avis d’imposition 2009. La valeur locative moyenne de Lille y figure : 1 716 E. Une paille face à Rennes (2 459 E), Nantes (2 778 E) ou Bordeaux (3 100 E). C’est que la dernière révision nationale des bases date de 1970. Quarante ans. Une éternité à Lille, transfigurée dans la période, mais dont les bases reflètent toujours les venelles dartreuses de Saint-Sauveur ou les masures murées du Vieux-Lille.

Une nuance : la valeur locative cadastrale n’est pas figée. Elle augmente chaque année, sur tout le territoire, dans une proportion votée par le Parlement dans le Projet de loi de finances. De plus, elle est censément réévaluée au coup par coup, lorsque des travaux modifient le « confort » du . Mais faute d’une remise à plat nationale, le fossé se creuse à Lille entre les valeurs fiscales et réelles des logements. Comme ces lofts luxueusement rénovés, passés entre les mailles des filets et imposés comme les taudis qu’ils étaient… « On demande depuis longtemps la revalorisation de nos bases , maugrée le premier adjoint. Je veux bien diviser les taux par deux si on nous remet des bases en rapport avec la réalité. » Le grand argentier a peut-être des raisons d’espérer : le gouvernement a promis d’engager ce grand chantier « dès 2010 ».

Lille possède cependant un atout. Parce qu’elle est attractive, qu’elle draine de nouveaux habitants, qu’elle construit du logement, ses bases augmentent : par ce seul levier, sans hausse des taux, la recette de la taxe d’habitation a gonflé de 25 % entre 2002 et 2008.

Sur la feuille d’impôt

La pierre de touche de Pierre de Saintignon, la voilà. « Ce que regarde le citoyen, ce n’est pas la base et le taux, c’est ce qu’il paie. » Et que paie-t-il, ce contribuable ? En moyenne, 525 euros d’impôts locaux (taxe d’habitation, taxe foncière sur le et le non-) par Lillois. « Contre 504 euros en moyenne nationale », triomphe Christian Decocq. L’écart est pourtant mince, s’agissant d’une commune où sévirait, selon le mot d’un ancien opposant, un « bélier fiscal ». Comme toutes les moyennes, celle-ci est de toute façon trompeuse. L’adjoint aux finances, lui, préfère les chiffres de taxe d’ habitation ramenés au logement : « 547 E, contre 546 E en moyenne en France, ou 585 E à Marseille. » S’il bat en brèche les anathèmes les plus outranciers, le résultat recouvre là encore un large panel de situations, noyant dans une même moyenne un appartement de Lille-Sud exonéré, une maison du Vieux-Lille ravalée mais sous-imposée et une victime du redouté « effet ciseaux » : un logement récent pris entre le marteau et l’enclume, entre une valeur locative conforme à la réalité et un taux de Taxe d’ Habitation considérable. Résultat, un impôt colossal. De quoi vous aliéner durablement quelques contribuables… et forger la réputation d’une ville.

source: la Voix du Nord

Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Actualité localeImpôts locauxtaxe d habitationTaxe foncièretaxe professionnelleTaxes locales

Il y a 10 commentaires. »

  1. Effectivement les taxes d’habitations à Lille sont prohibitives. Plus de 1200 euros pour un 50 m2 dans un quartier dit prisé, où la mairie soutient le trafic humain en fermant les yeux sur des réseaux de prostitution africains. Pas très chic… Il s’agit de racket.

  2. Bonjour,
    Je suis déçu du comportement de Mme le Maire qui tolère donc l’illégalité. Punissable par la loi!!!
    @+

  3. 2200 € pour un 100m2 à Lille moulins…

  4. Taxe fonciére raisonnable mais alors taxe d’habitation quasiment le double en habitant à Lille Sud… Je me demande déjà si je vais pas aller acheter ailleurs…alors que cela ne fait qu’un an …

  5. Racket est le bon terme… 640€ pour 15m2 quand on est étudiant c’est la promesse de manger des pâtes encore et toujours en plus de rembourser un prêt étudiant… Mais bon que voulez vous il faut bien financer les guignoleries de Lille 3000 de Mme la maire!!!

  6. La stratégie du Maire de Lille et du Comité Grand Lille pour le développement de la Métropole Lilloise est la suivante ; Il s’agit de transformer la ville de Lille en un grand centre ville pour les villes limitrophes. Lille serait le centre ville et Roubaix, Tourcoing, Villeneuve d’Ascq, Loos, Ronchin, Haubourdin, Hellemes, lezennes,… seraient les banlieues. C’est une stratégie identique à celle de Paris. Donc petit à petit Lille s’embellit puis les taxes augmentent, le stationnements payant un peu partout,… Tout ce fera à feu doux. Les gens pauvres ou moyens doivent dégager de Lille vers les banlieues et attirer une population de riches. Tel est l’objectif de la Métropole Lilloise à long terme. la machine est en route !

  7. Effectivement à Lille les impôts locaux sont très élevés. Pour une maison à Lille moulins mes impôts foncier ont augmentés de 1250% en 30 ans soit une hausse continuelle tous les ans de 41,66%.Je payais à l’époque 1400 francs soit 200 euros d’impôts foncier par an, et aujourd’hui je paie 2500 euros pour la même maison, vous pouvez refaire mes calculs cités plus haut, vous verrez qu’ils sont exacts.
    De plus nous avons dernièrement était cambriolé à plusieurs reprises et toutes nos plaintes ont été classées sans suite car les délinquants sont protégés par Mme aubry. Je ne sais pas si vous êtes au courant mais a Lille il y en a que pour les délinquants et les étrangers, pour les francais eux ces payer,payer et encore payer. Comme c’est facile de jouer au bon dieu avec l’argent des autres, merçi les socialistes.

  8. Lille : 1300 € de taxe d’habitation pour un 3 pièces de 62 m2 !

  9. « Lille : 1300 € de taxe d’habitation pour un 3 pièces de 62 m2″

    Bonjour, vous habitez dans quel coin de Lille?

  10. Lille, F2, Vieux-Lille, 42m² + balcon + garage (box) = 1248€
    Merci Martine !!!

Donnez votre avis !