Les impôts locaux flambent dans les grandes villes

Publié le 9 avril 2009

Dans la moitié des 40 premières grandes villes françaises, la d’ va progresser de 5,4% et celle sur le bâti foncier de 6,4% en moyenne, selon une étude publiée mercredi par le Forum pour la gestion des villes.

taxe-impot-taxes-impots-paris-recettes-locaux-crise-caen-provence-investissement-inflation-contribuable-departement-habitationLa note va être salée pour les contribuables. Cette année, ils vont subir la plus forte hausse d’imposition jamais enregistrée depuis plus de 10 ans, révèle mercredi le quotidien «Les Echos» qui publie une étude du Forum pour la gestion de villes. Le montant de la taxe d’habitation, redevable en octobre 2009 par 26,8 millions de foyers, va ainsi progresser au minimum de 5,4% dans la moitié des 40 premières villes de France. Pour les propriétaires, la facture sera plus élevée encore. Selon l’étude, la taxe sur le foncier bâti va augmenter en moyenne de 6,4%. Le taux de fiscalité voté sur les impôts des ménages par les grandes villes augmente de 5,1%, la plus forte hausse constatée depuis 10 ans. Les départements ont voté une hausse de 6,2% en moyenne. Les régions, plus modérées, augmentent de 0,7% l’impôt foncier. Une hausse qui s’explique notamment par les échéances politiques. «En début de mandat, les exécutifs ont tendance à accroître la pression fiscale, sachant que plus les années passent et plus on s’approche des élections, plus cela devient difficile», précise Olivier Régis, délégué général du Forum. Le contexte économique joue également un rôle important dans ces votes. En effet, la immobilière a des effets sur les des villes et l’Etat limite les dotations financières à ces dernières.

Qui va payer le plus ?

Certains contribuables subiront encore plus l’ des impôts . Les habitants de Nice paieront les d’habitation les plus élevées : 1.164 euros en moyenne après une augmentation de 17.7%. Les parisiens restent les mieux servis, avec 395 euros de taxe d’habitation en moyenne malgré son augmentation de 11,7%. C’est l’une des plus fortes hausses après Nice, Argenteuil (+ 12,3%) et Grenoble (+ 11,9%). Dans la capitale, c’est surtout l’impôt foncier qui explose : + 47%, le faisant passer pour les propriétaires à 552 euros. L’augmentation du foncier se fait également ressentir dans les grandes villes : Nice (+ 16,5 %), Nantes (+ 14,3 %), Argenteuil (+ 12,6 %) et Grenoble (+ 12 %).

Certaines villes comme Reims, Aix-en- ou Toulon conservent des taux d’imposition locatifs similaires ou presque à ceux de 2008. Il n’empêche, leurs habitants verront quand même leurs impôts locaux augmenter de 2,5% en moyenne. Une hausse qui s’explique par l’augmentation de la valeur des bases sur lesquelles sont calculés les taux des impôts locaux, nettement plus élevés que les 1,6% votés en loi de Finances 2008. Un point sur lequel les collectivités n’ont aucune influence, précise «Les Echos».

Certaines collectivités allégent la facture

Les municipalités vont également augmenter la pression fiscale mais nettement moins que les départements, poursuit le quotidien économique. «A Toulouse, la ville a réduit ses taux à hauteur de la hausse votée par la communauté urbaine créée au 1er janvier dernier. L’effet sera nul pour le », explique Nicolas Laroche, responsable du des études du Forum. A l’inverse, à Grenoble et Metz, ville et intercommunalité vont augmenter en même temps leur taux.

Certaines collectivités tentent cependant d’allier leurs efforts d’investissements pour leurs communes et d’adoucir la fiscalité pour les foyers les plus modestes, à l’image de et surtout de Nantes. Dans cette dernière, le cumul des abattements décidés par la municipalité et le département aboutit à une baisse du prélèvement de 0,5 % sur la taxe d’habitation.

Source: le Figaro

Tags:, , , , , , , , , , , , , ,
Hausse d'impôtsImpôts locauxTaxes locales

Il y a un 1 commentaire. »

  1. propriétaire d’une maison à Nantes, je constate que la taxe foncière 2009 est particulièrement salée, puisqu’elle passe de 2014 € en 2008 à 2230 € en 2009, ainsi la cotisation prélevée par le département subit une hausse de 31,09 % (en passant de 267 à 350 €), ai-je rêvé, s’agit-il d’un bug informatique, cette augmentation qui dépasse le taux de l’usure …

Donnez votre avis !