La taxe Delanoë

Publié le 14 septembre 2009

L’arbre du carbone cache la forêt des impôts locaux. et taxes d’ arrivent chez le contribuable et, en pleine , c’est un chapelet de hausses.

bertrand delanoe taxe taxes locales impots locaux paris« Trente neuf mille entités distinctes, dit le rapport Balladur sur la réforme des collectivités territoriales, disposent de la capacité à lever l’impôt » (, syndicats de , départements, régions…) Au total, le produit des quatre principales taxes locales (habitation, foncier bâti et non bâti, professionnelle) atteint 70 milliards d’euros ; avec les autres, cela dépasse les 100 milliards. Effet des « déconcentrations », « décentralisations » et de compétences, ces collectivités ont recruté, depuis vingt ans, deux fois plus que l’. Leurs dépenses de gestion (148 milliards d’euros, selon la banque Dexia) ont augmenté de 5,6 % l’an dernier et de 4,6 % encore cette année ! C’est ce qui motive la simplification des structures (par la fusion de plusieurs d’entre elles), voulue par le chef de l’Etat et exposée par Edouard Balladur, afin d’engager un mouvement de repli des dépenses – et des impôts.

Prenez l’exemple le plus voyant : Paris. Ici, la ville et le ne forment qu’une seule entité au lieu de deux. Une de moins, le modèle Balladur ! Eh bien que fait le , Delanoë ? Tant que les prix de l’immobilier explosaient dans la capitale et lui permettaient d’encaisser des droits de mutation élevés, il ne bougeait pas. Comme ce marché s’est retourné, il n’a pas hésité : il a augmenté ses impôts de 9 % et créé une taxe foncière qui n’existait pas, la départementale (puisqu’elle était fusionnée avec la ville) ! Du coup, la taxe d’habitation grimpe de 9 % et la foncière (cumulée) de 51 %. Mais, dit le maire à ses électeurs, cela ne touche que les « propriétaires » !

Delanoë n’est pas un cas isolé : en tête du palmarès du taux le plus élevé de la taxe d’habitation, il y a Lille, gérée par Martine Aubry. Dans le classement des plus fortes hausses de l’année, on trouve aussi bien Nice, municipalité de droite (son maire, , est devenu ministre de l’Industrie), que Lyon ou Grenoble, villes de gauche. Tous ces maires ont de bonnes raisons d’expliquer leurs décisions ; il reste que ces hausses sont les plus lourdes depuis treize ans. Elles interviennent au pire moment pour le contribuable et ajoutent à l’exaspération du public à l’égard de tout nouvel impôt. Mais elles viennent aussi rendre le meilleur à la réforme Balladur. Et l’électeur pourra en demander les comptes aux élections régionales.

article extrait du Figaro

Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Hausse d'impôtsImpôts locauxTaxe foncièreTaxes locales

Il y a 2 commentaires. »

  1. CE N EST PAS PARCE QUE L ON EST PROPRIETAIRE DE SON LOGEMENT
    QU ON EST RICHE CETTE PROPRITE A ETE ACQUISE AU FIL DU TEMPS
    C EST UNE HONTE CETTE AUGMENTATION EN 2009 ET EN PLUS IL EN PREVU UNE UTRE EN 2010
    LE MIEUX C EST DE VENDRE SON APPRTEMENT ET D ALLER PLANTER SES CHOUX AILLEURS SURTOUT SI ON ET RETRAITE

Donnez votre avis !