Electricité et taxes locales

Publié le 17 juin 2010

Les députés ont adopté un amendement visant à réformer les taxes locales sur l’électricité à partir du 1er janvier 2011.

electricite taxeL’amendement a pour objectif d’ adapter le dispositif fiscal français avec une directive communautaire du 27 octobre 2003, qu’à la date butoir du 1er janvier 2009 la France n’avait toujours pas traduite dans sa législation.

La commission européenne avait rappelé Paris à l’ordre en lui laissant deux mois pour faire évoluer sa législation. L’enjeu porte sur 1,4 milliard d’euros.

La profite à près de 7.000 communes pour un montant de 664 millions d’euros, de même qu’aux départements (498 millions d’euros) et aux syndicats intercommunaux (235 millions).
L’application de la directive européenne va modifier sensiblement l’assiette de la taxe. Alors que celle-ci reposait jusqu’à présent sur le montant de la facture, elle sera fonction demain de la quantité d’électricité consommée.

La taxe sera désormais obligatoire, alors qu’elle était  jusque là facultative – un quart des communes avait choisi de ne pas l’instaurer. Ces nouvelles règles ne seront pas neutres pour les collectivités. La Fédération nationale des sociétés d’intérêt collectif agricole d’électricité a estimé début avril devant les sénateurs de la , à partir d’une étude sur son portefeuille de 60.000 clients, que certaines collectivités pourraient voir le produit de leur taxe augmenter de 8%, alors que des communes rurales pourraient perdre jusqu’à 10% de leur produit.

Parmi les gagnants se trouveront les collectivités qui accueillent des entreprises industrielles fortes consommatrices d’électricité (ces établissements jusque là exonérés seront désormais taxés, ce qui générera une recette de l’ordre de 150 millions d’euros). Autres gagnants, malgré eux : les communes qui n’avaient pas instauré la taxe.

de taxe modulable

Parmi les perdants devraient figurer les communes touristiques – puisque les propriétaires de résidences secondaires ne paieront plus de taxe sur l’abonnement. Autre grand perdant, la ville de Paris où le taux de la taxe était exceptionnellement supérieur aux taux pratiqués ailleurs en France.
Globalement, la nouvelle assiette devrait, au fil des ans, être moins favorable aux collectivités locales. C’est pourquoi les associations d’élus demandent que la taxe soit indexée. Un amendement qui la faisait évoluer dans les mêmes conditions que la limite supérieure de la première tranche du barème de l’impôt sur le revenu a toutefois été rejeté en séance. Les collectivités pourront quand même moduler les taux de la nouvelle taxe à l’intérieur d’une fourchette dont le cran supérieur pourra être relevé annuellement par le Parlement.
Au Sénat, où la loi Nome doit maintenant être examinée, la réforme de la sur l’électricité pourrait connaître des évolutions notoires. Récemment, Philippe Marini, rapporteur général de la commission des finances jugeait « indispensable » de garantir à chaque le maintien de son produit actuel, au moyen par exemple d’un système de compensation.

source: localtis.info

Tags:, , , , , , , , , , , ,
Actualité localecollectivités localesTaxes locales

Donnez votre avis !